L’Algérie et l’Egypte, Cuba, le Venezuela et l’Iran dans l’œil du cyclone dans les négociations du traité sur le commerce des armes (TCA)

7 07 2012

IPPNW les médecins pour la prévention contre la guerre nucléaire engagé pour un TCA fort et efficace. Photo Benoît Muracciole

Alors que l’immense majorité des États a affirmé sa volonté d’un traité fort et efficace avant la fin du mois, il apparaît maintenant que quelques États semblent y être opposés. Du moins se comportent ils comme s’ils y étaient opposés. Au regard de la situation de tels pays c’est encore plus étonnant. L’Algérie qui sort d’une guerre civile terrible qui a touché des millions de personnes et fait des centaines de milliers de morts. Une partie des  armes qui ont équipé les groupes armés étaient de fabrications égyptiennes et aucun accord régional n’existe pour contrôler de tels transferts irresponsables qui ont participé à de graves violations des droits de l’Homme, voir des crimes de guerre. Alors que l’Algérie fête les 50 années de son indépendance légitimement et chèrement gagnée, comment les autorités de ce pays peuvent jouer avec le droit et la sécurité de leurs propres citoyens plus longtemps ?

Quelle va être la crédibilité du plus grand pays du Continent Africain[1] qui se braque contre le plus important des traités du XXI° siècle ?

Les arguments du délégué algérien dénonçant un traité qui pourrait être un outil discriminatoire à cause de critères obligatoires sur les droits de l’Homme et du droit international humanitaire, ainsi que du droit pénal international ne tiennent pas. Car si un tel traité eut existé du temps de la guerre civile, c’est bien l’établissement  de ces critères obligatoires qui auraient pu donner une légitimité au gouvernement algérien d’interroger les pays producteurs des armes saisies, ainsi que de demander une aide de la communauté internationale de faire pression sur ces mêmes pays producteurs pour arrêter ces transferts. Le droit international est indivisible et effectif pour chaque individu vivant dans quelques pays que ce soit. Il est de la responsabilité des État de les faire appliquer. Il est terrible d’entendre le contraire de la part d’un pays qui a tant fait pour les libérations nationales des peuples et pour une reconnaissance universelle des droits de l’Homme.

Pour l’Iran, qui subit un embargo injuste qui appauvri chaque jour un peu plus la population et renforce l’emprise des Pasdarans[2] sur son économie la situation est plus difficile. L’Iran doit également pâtir d’une attitude quelques peu infantile de la part des États Unis dans leur refus, et ce depuis des années, de délivrer un visa d’entrée au représentant iranien pour la conférence des Nations unies[3].

Pourtant leur position dans cette conférence semble perdre le fil de la responsabilité. La volonté par exemple d’exclure les missiles, les armes légères et de petits calibres (ALPC ) et les munitions fait passer à nouveau ce pays pour peu sérieux. Alors que des millions de personnes comme nous l’avons déjà écris ici, vivent sous la menace de armes classiques, et spécialement des ALPC et des munitions. L’Iran peut profiter de ces négociations pour montrer qu’ils sont clairement engagés dans le droit international existant et rendre ainsi caduc les attaques parfois injustifiées de la communauté internationale à leur encontre.

Mais face à ces pays isolés, l’immense majorité répond pour un traité fort avec des objectifs définis dans la résolution de 2009 voté par 153 Etats lors de l’Assemblée Générale de l’ONU[4]. La France mais aussi l’Afrique du Sud, le Niger, la Namibie, le Nigeria, le Togo… ont fait des déclarations fortes pour préserver de tels objectifs et inclure dans le TCA les ALPC et les munitions. Que sont les ALPC sans les munitions, a répondu indirectement la Namibie aux Etats Unis – qui sont encore sur le refus de les intégrer dans le TCA – un morceau de bois et d’acier, ce sont les munitions qui en font une arme létale.

Benoît Muracciole New York


[1] Depuis la cessation du Soudan du sud, c’est maintenant l’Algérie qui est le pays grand en terme de superficie : 2 381 741 Km2.

[2] Le corps des gardiens de la révolution qui diffère de l’armée iranienne

[3] Alors que les Nations unies ne font pas parie des Etats Unis…


Actions

Information

One response

8 07 2012
AGUIRRE

Je voudrais vous signaler que des liens informatiques apparaissent dans vos textes (mots ou dates inscrits en bleu et soulignés deux fois) qui conduisent à des sites n’ayant absolument rien à voir avec votre sujet. C’est dommageable. Même si l’on a conscience que ceci est du fait d’une forme de piratage, ou de parasitage de vos pages par des petits malins.
Bonne suite à vous.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :