Ventes d’armes aux pays impliqués dans la guerre au Yémen Le Sénat étasunien vote NON pendant que le Parlement français reste muselé

14 03 2019

ASER_HD

COMMUNIQUE DE PRESSE

Paris, le 14 mars 2019

Hier, le 13 mars 2019 le sénat a voté contre le soutien militaire des Etats Unis à l’Arabie Saoudite et aux Emirats Arabes Unis par 54 voix pour et 45 contre. Ce texte était proposé par les sénateurs Bernie Sanders (indépendant), Mike Lee (républicain) et Chris Murphy (démocrate). Les pays de la coalition intervenant dans la guerre au Yémen sont responsables de crimes de guerre[1], voire de crimes contre l’humanité.

Le 14 février dernier, la Chambre des représentants avait déjà voté dans ce sens par 248 voix pour et 177 contre. Le Congrès montre ainsi qu’il est possible d’avoir un débat et un vote des Parlementaires sur la responsabilité des Etats-Unis pour leur soutien militaire à des pays qui commettent des graves violations des droits fondamentaux dont la torture, les disparitions forcées, les viols et les exécutions extrajudiciaires[2].

En France ce débat parlementaire est bloqué par le gouvernement et ce malgré les demandes portées par les Parlementaires Sébastien Nadot (avril 2018) Bastien Lachaud (juillet 2018) et Alexis Corbière (février 2019) qui demandent l’ouverture d’une enquête sur les ventes d’armes de la France.

Malgré cela depuis le début de la guerre, la France a livré aux pays de la coalition pour plus de 10 milliards d’euros d’armes et autorisé l’exportation pour plus de 30 milliards d’euros d’armes en 2018[3].

Depuis plusieurs années, l’association Action Sécurité Ethique Républicaines (ASER) demande la suspension des exportations d’armes françaises à destination des pays qui interviennent militairement au Yémen car celles-ci violent l’article 6 du traité sur le commerce des armes (TCA).

L’association ASER a introduit en mai dernier un recours pour excès de pouvoir devant le tribunal administratif de Paris à l’encontre de la décision du Premier ministre lui ayant formellement refusé cette suspension.

La guerre renforce Al Qaeda dans la Péninsule arabique ainsi que ceux qui se font appeler DAESH, notamment grâce aux armes vendue à la coalition et récupérées par ces derniers[4].

ASER a le statut consultatif  spécial ECOSOC aux Nations unies et est membre du RAIAL

[1]Rapports des experts des Nations Unies, janvier 2017, août 2018

[2]Ibid

[3]Rapport au Parlement 2018 sur les exportations d’armement de la France

[4]D’après le département d’Etat étasunien rapport 2016

PRESS RELEASE

 

Arms sales to countries involved in the war in Yemen

The US Senate votes NO while the French Parliament remains muzzled

 

 Yesterday, on 13 March 2019, the Senate voted against US military support for Saudi Arabia and the United Arab Emirates by 54 votes to 45. This text was proposed by Senators Bernie Sanders (Independent), Mike Lee (Republican) and Chris Murphy (Democrat). The coalition countries involved in the war in Yemen are responsible for war crimes[1], even crimes against humanity.

On February 14, the House of Representatives had already voted 248 in favour and 177 against. The Congress thus shows that it is possible to have a debate and a vote by parliamentarians on the responsibility of the United States for its military support to countries that commit serious human rights violations including torture, enforced disappearances, rape and extrajudicial executions[2].

In France, this parliamentary debate is blocked by the government, despite requests from Parliamentarians Sébastien Nadot (April 2018), Bastien Lachaud (July 2018) and Alexis Corbière (February 2019), who are calling for an investigation into France’s arms sales.

Despite this, since the beginning of the war, France has delivered more than €10 billion worth of weapons to the coalition countries and authorised exports of more than €30 billion worth of weapons in 2018[3].

For several years, the association Action Sécurité Ethique Républicaines (ASER) has been calling for the suspension of French arms exports to countries that intervene militarily in Yemen because they violate Article 6 of the Arms Trade Treaty (ATT).

Last May, the ASER association lodged an appeal against the Prime Minister’s decision formally refusing to suspend it before the Paris Administrative Court on the grounds of abuse of power.

The war reinforces Al Qaeda in the Arabian Peninsula as well as those who call themselves DAESH, notably through the weapons sold to the coalition and recovered by the latter.

ASER has special ECOSOC consultative status at the United Nations and is an IANSA member.

[1]United Nation expert reports, January2017, August 2018

[2]Ibid.

[3]Report to Parliament 2018 on French arms exports : https://aser-asso.org/wp-content/uploads/2018/07/Rapport-au-Parlement-2018-sur-les-exportations-darmement-de-la-France-Minist%C3%A8re-de-la-d%C3%A9fense-juillet-2018.pdf

Publicités




“STOP ARMING YEMEN – THE VIEW FROM PARIS”

2 03 2019

A 330 MRTT 2

All parties involved in the war in Yemen continue to plunge the population into what the United Nations Secretary General has denounced as « the planet’s worst humanitarian crisis.” One estimate put the death toll at nearly 60,000 since 2016. Hostilities between the Saudi Arabia-led Coalition and the Houthi and other armed groups, have become increasingly muddled as loyalties have shifted, armed groups and militia proliferated and factions fragmented. The Coalition includes Bahrain, Egypt, Jordan, Kuwait, Morocco, Saudi Arabia, Sudan, and the United Arab Emirates. It supports the beleaguered Yemen government and its militia.Despite a fragile ceasefire agreed in December, clashes have continued, as have attacks on civilians by Yemeni government militia, the Coalition forces and the armed groups.

 

Mobilization by civil society and calls by parliamentarians in many countries following reports of civilian atrocities by NGO, media and UN experts of atrocities have put pressure on governments to stop the flow of all arms that would be used in Yemen. Shock at the brazen assassination of exiled Saudi Arabian journalist, Jamal Khashoggi, by a Saudi state murder squad on 2 October 2018 heightened such calls. In response, States such as Austria, Denmark, Finland, Flanders, Germany, the Netherlands, Norway and Switzerland have announced they will suspend arms exports to Saudi Arabia. This suggests that some governments are beginning to accept responsibility to take measures to ensure respect of international law, particularly that of human rights and international humanitarian law (IHL). However, the United States, France, Italy, Canada and the United Kingdom governments continue as the main suppliers of war material to the Saudi Arabia-Led Coalition and the United States and the United Kingdom, among other States, continue to advise the Coalition.

 

According to a detailed report by the UN High Commissioner for Human Rights Group of Experts in August 2018, the Coalition has continued a pattern of air strikes and military operations causing most of the documented civilian casualties in Yemen. In the past three years, such air strikes using precision munitions have hit residential areas, markets, funerals, weddings, detention facilities, civilian boats and even medical facilities. The use in some cases of “double strikes” close in time, which affect first responders, raises grave concern. The UN Experts Group report accused the Saudi-led coalition of routinely having failed to consult its own “no-strike list” of more than 30,000 sites in Yemen, including refugee camps and hospitals. The Group also said the Saudi Air Force had not cooperated with investigators about its targeting procedures. Similar findings were reported from a UN Security Council panel of experts on Yemen in January 2018.

 

The mounting evidence indicates that these actions are repeatedly violating the fundamental principles of distinction, proportionality and precaution when conducting hostilities, acts which constitute serious violations of the 1949 Geneva Conventions, and may amount to war crimes and even crimes against humanity. Unicef’s Middle East and North Africa director, Geert Cappelaere, said: “Not enough has changed for children in Yemen since the Stockholm agreement on 13 December 2018. Every day since, eight children have been killed or injured. Most of the children killed were playing outdoors with their friends or were on their way to or from school” (The Guardian, 26 February 2019).

 

At the same time, the UN calculated that in 2018 nearly 60% of the aid to alleviate suffering in Yemen came from Saudi Arabia, the UAE and the US. The UK is also now stepping up its aid to Yemen. The UN says about 22 million people out of a population of 29 million need help to secure food this year in Yemen, including nearly 10 million who are just a step away from famine. Nearly 240,000 are facing “catastrophic levels of hunger.” More than 250 humanitarian organisations are operating in the country.The UN Experts Group said that millions of civilians were also suffering “devastating effects” from the coalition’s arbitrary restrictions on shipping and air travel because food, medicines and fuel were needed to fend off starvation and diseases. The Coalition’s screening of ships was supposed to prevent arms smuggling to the armed groups but had become a “de facto blockade’ while the UN searches had found no weapons on ships.

 

The United States, France, Italy, and the United Kingdom are signatories to the Arms Trade Treaty (ATT). As such they are obliged to respect its object and purpose which is to establish the highest possible common international standards for improving the regulation of the international trade in conventional arms, and to reduce human suffering. Moreover, France, Italy and the United Kingdom are legally bound as State Parties to the ATT to respect all the obligations under the Treaty. Those legal obligations include a duty to prohibit any arms transfers if their State knows that the arms would be used for such violations or international crimes.  They and the Saudi Coalition blame the government of Iran for continuing to arm the Houthi forces, as if two wrongs make a right. The UN Expert Group accused Houthi fighters and their allies of violating IHL, including by shelling residential areas, impeding humanitarian aid and using child soldiers. Houthi and other armed groups appear to have acquired most of their arms from Yemeni government stocks and from illicit markets in the region.

 

The UN Security Council has been slow and one sided. In 2013 the Council had condemned the illicit transfer, destabilizing accumulation and misuse of small arms and light weapons in Yemen, and in April 2015 imposed an arms embargo only targeted on the Houthi armed opposition. Total embargoes had been imposed on UN-designated terrorist groups such as Al-Qaida in the Arabian Peninsula (AQAP) and the Islamic State in Iraq and the Levant (ISIL) affiliate in Yemen, which have become actively engaged in attacks on Coalition as well as armed opposition forces and civilians. In January 2018 the Security Council’s expert panel accused Iran of transferring some missiles and unmanned aerial vehicles used by Houthi forces, although it also reported that been no reported maritime seizures of weapons and ammunition during 2017, and only very limited seizures of arms-related material have been identified on the main land supply route. However, the Security Council has not imposed an embargo on arms transfers to Yemen as such.

 

Civil society organizations, parliamentarians and governments that respect the international rule of law can further step up political pressure as well as take legal actions to compel arms supplying States to implement their ATT obligations and suspend transfers to the Saudi Coalition. Some NGOs have attempted to challenge their home governments in the courts.

 

In the case of France, Article 55 of the Constitution gives supra-legislative status to treaties ratified by Parliament. In the 2018 complaint filed by Action Sécurité Ethique Républicaines (ASER) against the French government’s continued arms exports to the Saudi Arabian-led Coalition, the General Secretariat for Defence and National Security disputed the direct effect legal status of the ATT in its defence brief.

 

A decisive point in the case remains the choice of which article of the ATT applies to the transfer of arms to the Saudi Arabia-led Coalition given the strong prima facie evidence of atrocities being committed with those arms in Yemen. Should the case be based first and foremost on Article 6, which prohibits a potential arms transfer if the State Party “has knowledge” that the arms would be used for the commission of serious violations of IHL or war crimes? Or should the case first rest on Article 7, which requires the exporting State Party to assess whether there is an “overriding risk” that the potential arms export would be used to commit or facilitate serious violations of IHL or of international human rights law, despite “available mitigation measures” first taken by the exporting and importing States?

 

ATT Article 6, paragraph 3 specifies that: « A State Party shall not authorize any transfer of conventional arms or items…[covered by the Treaty] if it has knowledge at the time of authorization that such arms or items would be used to commit genocide, crimes against humanity, grave breaches of the Geneva Conventions of 1949, attacks directed against civilians or civilian objects and protected as such, or other war crimesas defined by international agreements to which it is a Party.”

 

ASER’s opinion is that before the start of full-blown hostilities in March 2015, litigation based upon the risk assessment procedures required by ATT Article 7 to approve or deny arms exports to Saudi Arabia could have been justified.  Each exporting State Party to the ATT had to assess the risks of using potential exports of weapons in the light of the information it was then aware of.

 

However, Article 7 only applies if a potential export is not prohibited by Article 6, and since 2015, factual evidence of the Coalition’s flawed ‘rules of engagement’ in this armed conflict had quickly become a proven reality. Repeated cases pointing to serious violations of human rights and international humanitarian law have been widely documented in United Nations and NGO reports. In particular the UN reports of January 2017, January 2018 and August 2018 provide details of air strikes on civilian targets and other attacks on civilians by Saudi Arabian-led Coalition forces, as well as by Houthi and other armed groups. It is therefore Article 6 of the ATT that must first be applied in litigation efforts in countries that are ATT States Parties.

 

Some NGOs in the European Union began their litigation efforts over the past two years in a general way by referring to ATT Articles 6 and 7 as well as to the EU Common Position on arms exports. Criterion 2 of the Common Position requires that Member States deny an arms export licence “if there is a clear risk that the military technology or equipment to be exported might be used in the commission of serious violations of international humanitarian law.” Although the wording in the Common Position and the ATT is slightly different, Criterion 2 presents similar challenges to ATT Article 7. Neither should be the starting point of litigation ahead of Article 6.

 

Such legal action by NGOs should of course be accompanied by a mobilisation of civil society at the political level. The French Government’s refusal to allow the judiciary any right of scrutiny over the regularity and conformity of French arms export procedures is essentially political and in ASER’s view it contravenes the French Constitution. It reveals a vision of the 19th Century in which citizens were not allowed to speak or question decisions of government that appear illegal or immoral.

 

ASER is determined to convince the judge of the direct effect of the ATT in domestic law and of the illegality of the arms transfers that the government could foresee would be used for atrocities in Yemen. France’s foreign policy affects all citizens living in France, particularly in terms of security and respect for human rights, and that policy must not blatantly violate and be seen to blatantly violate, relevant international law.

 

ASER’s action sets a precedent in France. So far no other French NGO has launched a legal challenge to the State concerning arms export authorisations.

 

For ASER :

Jean Claude Alt

Benoît Muracciole

 





Il faut cesser d’alimenter la guerre au Yémen avec des armes françaises

2 03 2019

A 330 MRTT 2

 

Toutes les parties engagées dans la guerre au Yémen continuent de plonger la population dans une crise humanitaire dont le nombre de mort, plus de 60 000 depuis 2016[1], ne donne pas toute la mesure de la gravité de la situation. Les Nations Unies affirment qu’environ 22 millions de personnes sur une population de 29 millions ont besoin d’aide pour assurer leur sécurité alimentaire cette année au Yémen, dont plus de 12 millions sont à deux doigts de la famine. Près de 240 000 personnes sont confrontées à des « niveaux catastrophiques de carence alimentaire ». Plus de 250 organisations humanitaires opèrent dans le pays. Le groupe d’experts de l’ONU a déclaré que des millions de civils souffraient également des « effets dévastateurs » des restrictions arbitraires, imposées par la coalition, aux transports, maritimes et aériens.  Le contrôle des navires par la Coalition était censé empêcher le trafic d’armes vers les groupes armés[2]mais est devenu un « blocus de facto » pour les produits de première nécessité comme la nourriture, les médicaments et le carburant.

Les dernières décisions des Etats comme l’Allemagne, la Finlande, la Norvège, les Pays Bas et la Suisse, de suspendre les exportations d’armes vers les pays[3]de la coalition dirigée par l’Arabie Saoudite et les Émirats Arabes Unis, nous indiquent que ces gouvernements, grâce à la mobilisation d’une partie de la société civile, dont des parlementaires et des ONG, se saisissent des questions que pose le droit international – notamment celui des droits de l’Homme et du droit international humanitaire (DIH) – en terme de responsabilité.

Malgré cela d’autres gouvernements  – principalement les Etats-Unis,  la France et la Grande-Bretagne – poursuivent non seulement la vente de tout type de matériel de guerre en direction des pays de la coalition,  mais ils la conseillent également dans leurs interventions sur le terrain.

Depuis le début de son engagement dans la guerre, la coalition dirigée par l’Arabie Saoudite et les Émirats Arabes Unis est pourtant responsable de graves violations des conventions de Genève de 1949, de crimes de guerre[4], voire de crimes contre l’humanité.

Selon un rapport détaillé du Groupe d’experts du Haut Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme en août 2018, la Coalition a continué à mener des frappes aériennes et des opérations militaires qui ont fait la plupart du temps  des victimes civiles au Yémen. Au cours des trois dernières années, de telles frappes aériennes utilisant des munitions de précision ont frappé des zones résidentielles, des marchés, des funérailles, des mariages, des centres de détention, des bateaux civils et même des installations médicales. L’utilisation, dans certains cas, de « doubles frappes » proches dans le temps, qui affectent les premiers secours,suscite de graves préoccupations. Le rapport du Groupe d’experts de l’ONU accuse la coalition dirigée par l’Arabie saoudite d’avoir systématiquement omis de consulter sa propre « liste d’interdiction de bombardements de sites répertoriés »de plus de 30 000 sites au Yémen, y compris des camps de réfugiés et des hôpitaux. Le Groupe a également déclaré que les Forces aériennes saoudiennes avaient refusé de coopérer avec les enquêteurs au sujet de leurs procédures de ciblage. Un groupe d’experts du Conseil de sécurité de l’ONU sur le Yémen a présenté des conclusions similaires en janvier 2018.

 

Les preuves de plus en plus nombreuses indiquent que ces actions violent de manière répétée les principes fondamentaux de distinction, de proportionnalité et de précaution dans la conduite des hostilités, actes qui constituent des violations graves des Conventions de Genève de 1949 et peuvent constituer des crimes de guerre et même des crimes contre l’humanité. Le directeur de l’Unicef pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord, Geert Cappelaere, a déclaré : « Depuis l’accord de Stockholm du 13 décembre 2018, il n’y a pas eu de véritable changements pour les enfants du Yémen. Depuis cet accord, huit enfants continuent chaque jour d’être tués ou blessés. La plupart des enfants tués jouaient dehors avec leurs amis ou se rendaient à l’école ou en revenaient  » (The Guardian, 26 février 2019).

Or les Etats-Unis, la France, l’Italie et la Grande-Bretagne pays  sont au moins signataires du Traité sur le Commerce des Armes (TCA).En tant que tels, ils sont tenus de respecter son objet et son but  qui sont d’établir les normes internationales communes les plus élevées possibles aux fins de réglementer et d’améliorer la réglementation du commerce international des armes classiques et réduire la souffrance humaine.  Les gouvernements français, italiens et britanniques sont en tant que parties au TCA tenus au respect de l’ensemble des articles du traité. Ces obligations comprennent celles d’interdire tout transfert d’armes s’ils ont connaissance que ces armes ou ces biens pourraient servir à commettre de graves violations du DIH ou de crimes internationaux.

Le Conseil de sécurité de l’ONU a été particulièrement lent et partisan dans ses décisions concernant la guerre au Yémen. En 2013, le Conseil a condamné le transfert illicite, l’accumulation déstabilisatrice et l’utilisation abusive d’armes légères et de petit calibre au Yémen et, en avril 2015, a imposé un embargo sur les armes qui ne visait que l’opposition armée Houthi. Des embargos totaux ont été imposés à des groupes désignés par l’ONU comme « terroristes », tels qu’Al-Qaida dans la péninsule arabique AQPAet les takfiristes (DAESH) au Yémen. Ces derniers ont particulièrement attaqué les civils. En janvier 2018, le groupe d’experts du Conseil de sécurité a accusé l’Iran de transférer des missiles et des drones utilisés par les forces Houthis. Il a également indiqué qu’aucune saisie d’armes  n’avait été signalée en 2017 sur les voies maritimes (seules des saisies très limitées ont été faites sur les principaux axes routiers). Toutefois, le Conseil de sécurité n’a pas imposé d’embargo sur les transferts d’armes au Yémen en tant que tel.

La question qui se pose aujourd’hui pour les ONG de la société civile est celle-ci : « Quel rapport de force pouvons-nous créer pour obliger les Etats à suspendre les transferts d’armes vers les pays de la coalition ? »

Au moins deux possibilités d’actions sont à envisager. La première est d’ordre juridique, la seconde d’ordre politique.

Mais sur un fondement juridique les ONG peuvent elles appuyer leur action pour contraindre ou plutôt faire pression sur leurs gouvernements ?

Concernant la France, l’article 55 de la Constitution confère une valeur supra législative aux traités ratifiés par le Parlement. Dans la plainte déposée par Action Sécurité Ethique Républicaines (ASER) contre le gouvernement français, outre la question de l’effet directen droit interne – que conteste dans son mémoire de défense le Secrétariat Général de la Défense et de la Sécurité Nationale[5]– le point décisif reste le choix de l’article du TCA s’appliquant à la guerre au Yémen. S’agit il de l’article 6 ou de l’article 7 ?

Selon ASER avant 2015, le recours à l’article 7 (qui ne s’applique que si l’exportation n’est pas interdite par l’article 6) aurait été tout à fait justifié en l’absence d’éléments factuels sur les règles d’engagements de la coalition.  Chaque Etat exportateur devait alors évaluer les risques d’usage des armes à la lumière des informations dont il avait alors connaissance.

Or, depuis 2015, de graves violations des droits de l’homme et du droit international humanitaire commises par la coalition sont avérées comme l’ont largement étayé les rapports des Nations Unies ainsi que ceux des ONG. Le rapport des Nations Unies de janvier 2017 détaille avec minutie comment les frappes sur des cibles à caractère civil sont répétées, démontrant en cela la volonté des pays de la coalition d’atteindre les populations[6]. C’est donc bien l’article 6 du TCA qui doit s’appliquer.

 

Pourquoi alors nombres d’ONG fondent-elles leurs actions sur la base de la Décision Commune (ancienne Position Commune) de l’UE alors même que celle-ci a une valuer inférieure au TCA ?

Lors des négociations du TCA, nous avions pourtant réaffirmé sa dimension universelle afin notamment de contrer un eurocentrisme dévastateur[8]. Un tel positionnement nous semble donc aller à l’encontre de l’esprit même du TCA.

Les Etats sont très efficaces pour débouter les ONG dans leurs arguments fondés sur la Position Commune de l’UE et de l’article 7 du TCA Ils déclarent en effet respecter la démarche d’évaluation du risque, mais évitent soigneusement de se référer à l’article 6 de ce même traité, qui s’applique naturellement. Avec un certain cynisme les gouvernements demandent des preuves de l’utilisation des armes sachant que les grandes ONG des droits de l’Homme ont considérablement réduit leur recherche pour des raisons politico-budgétaires.

En revanche le mémoire en défense du Secrétariat général à la Défense et la Sécurité Nationale (SGDSN) en réponse à notre saisie en France de l’autorité administrative, ne conteste nullement nos arguments fondés sur les paragraphes 2 et 3 de l’article 6 du TCA ce qui est une belle reconnaissance en soi. En effet le paragraphe 3 précise :

« Aucun État Partie ne doit autoriser le transfert d’armes classiques … s’il a connaissance, au moment où l’autorisation est demandée, que ces armes ou ces biens pourraient servir à commettre un génocide, des crimes contre l’humanité, des violations graves des Conventions de Genève de 1949, des attaques dirigées contre des civils ou des biens de caractère civil et protégés comme tels, ou d’autres crimes de guerre ». Ce que les rapports des Nations Unies et des ONG montrent, sans équivoque depuis l’année 2016.

L’opposition du gouvernement français  à reconnaître au tribunal administratif tout droit de regard sur la régularité et la conformité des procédures d’exportations d’armes françaises est politique et contrevient, de notre point de vue, à notre Constitution ainsi qu’à l’article 27 de la Convention de Vienne sur le droit des traités : Une partie ne peut invoquer les dispositions de son droit interne pour justifier la non-exécution d’un traité. Cette position révèle une vision du XIX° siècle où les citoyens n’avaient pas le droit à la parole.  Cette représentation de la citoyenneté n’est pas à l’honneur de notre pays  mais nous sommes bien décidés à la faire évoluer et de convaincre le juge de l’effet direct du traité dans le droit interne. La politique étrangère de la France concerne tous les citoyens vivant dans notre pays, particulièrement en terme de sécurité et de respect des droits de l’Homme.

L’action d’ASER crée un précédent en France, aucune ONG n’avait à ce jour osé défier juridiquement l’Etat dans le domaine des autorisations d’exportations d’armes. Mais l’action juridique des ONG doit en outre s’accompagner d’une mobilisation de la société civile à un niveau politique. Nous rejoignons en cela les déclarations des ministres de la Défense affirmant qu’à la fin « toutes décisions d’exportations d’armes de la France est politique ».

C’est en cela que nous espérons que la raison et le bon sens engageront d’autres ONG à nous rejoindre.

Pour ASER :

Jean Claude Alt

Benoît Muracciole

 

[1]https://www.acleddata.com/2018/11/08/fatalities-in-the-yemen-conflict/

[2]Les recherches du groupe d’experts des Nations Unies n’ont trouvé aucune arme sur ces navires

[3]Dont Bahreïn, l’Egypte,  la Jordanie, le Koweït, le Maroc et le Soudan

[4]Rapport final du Groupe d’experts sur le Yémen, janvier 2017, S/2017/81

[5]https://aser-asso.org/wp-content/uploads/2018/12/M%C3%A9moire-en-d%C3%A9fense-du-23-novembre-2018.pdf

[6]https://aser-asso.org/wp-content/uploads/2018/07/Annexe-saisine-Tribunal-Administratif-ASER-07-mai-2018.pdf

[7]La PC de l’UE est pourtant plus faible que l’article 7 du TCA

[8]« Quelles frontières pour les armes » ; Benoît Muracciole ; 2016 Editions A. Pedone

[9] : https://aser-asso.org/transferts-darmes/justice/

 





MASSACRES AU YÉMEN, LA FRANCE COMPLICE ?

28 02 2019





Retour sur l’affaire Khashoggi et ses conséquences géopolitiques

28 12 2018

Retour sur l’affaire Khashoggi et ses conséquences géopolitiques (RFI, mercredi 26 décembre 2018)





Le Mozambique devient le 100éme État à ratifier le traité sur le commerce des armes (TCA)

14 12 2018

ASER_HD

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

 

Paris, le 14 décembre 2018

Ce vendredi 14 décembre 2018, le Mozambique est devenu le 100éme État partie au TCA. C’est un moment important qui montre que la dynamique portée par les sociétés civiles, dont les ONG, à travers le monde ne lâche rien.

ASER (Action Sécurité Éthique Républicaines), qui a travaillé sur ce texte avec de nombreux gouvernements depuis des années, se félicite de cette nouvelle ratification.  ASER rappelle qu’aujourd’hui que la France et la Grande Bretagne, deux États parties au  traité sur le commerce des armescontinuent de violer son article 6 (les paragraphes 2 et 3) en vendant des armes aux pays de la coalition engagée dans la guerre au Yémen dont, l’Arabie Saoudite, l’Égypte et les Émirats Arabes Unis.

Depuis maintenant plus de trois ans, la coalition est responsable ce de crimes de guerre, de graves violations de la Convention de Genève de 1949, d’attaques ciblées contre les civils, voire de crimes contre l’humanité. Cette politique irresponsable de la France se fait en dehors de tout respect de ses engagements internationaux.La réponse du gouvernement français – à la saisine par ASER des autorités administratives – montre une volonté de l’exécutif d’exclure les citoyens français d’être garant du respect des engagements de la France devant la Charte des Nations Unies et autres Conventions des droits de l’Homme à laquelle elle est pourtant engagée.

Conscient de cela de nombreux grands pays exportateurs d’armes comme l’Allemagne, la Finlande et les Pays Bas ont suspendu leurs exportations. Le Sénat étasunien a voté une deuxième fois par 60 voix pour, la suspension de toute aide militaire en direction de l’Arabie Saoudite et des Émirats Arabes Unis.

Alors que les  pourparlers de paix en Suède tentent d’avancer vers un cessez le feu, La France continue de délivrer des autorisations d’exportations d’armes qui ne peuvent qu’alimenter le conflit. Pour faire la paix il faut préparer la Paix.

Selon le rapport d’experts des Nations Unies, toutes les parties au conflit, particulièrement la coalition,  sont responsables de crimes de guerre et de violations graves des Conventions de Genève de 1949[1].La guerre au Yémen a causé la mort de plus de 56 000 personnes depuis 2016 selon une étude d’Armed Conflict Location and Event Data Project (ACLED)[2].

 

 

ASER a le statut consultatif  spécial ECOSOC aux Nations unies,

ASER est membre du Réseau d’Action International sur les Armes Légères (RAIAL),

ASER milite pour le respect des Droits de l’Homme dans les transferts  et l’usage des armes, notamment par les services de police et de sécurité.

[1]Rapport des experts des Nations Unies, janvier 2017,

[2]https://www.independent.co.uk/voices/yemen-war-death-toll-saudi-arabia-allies-how-many-killed-responsibility-a8603326.html

Contacts : http://aser-asso.org/index.php

Pour demandes d’interview ou participation à une émission sur le problème des armes : Benoît Muracciole : +337 72 33 40 45





Yémen : la France doit suspendre les transferts d’armes, pour l’ONG Aser

12 12 2018