Quatrième jour de la 7e conférence des Etats parties au TCA

2 09 2021




Troisième jour de la 7e conférence des Etats parties au TCA

1 09 2021




Deuxième jour de la 7e conférence des Etats parties au TCA

1 09 2021




Premier jour de la 7e Conférence des États parties au TCA

30 08 2021





Septième conférence des États parties au traité sur le commerce des armes

30 08 2021

COMMUNIQUE DE PRESSE

Publié le 

Ce lundi 30 aout 2021 s’ouvre la septième conférence des États parties au traité sur le commerce des armes des Nations Unies [1](TCA) qui rassemble 110 États à Genève, Suisse. Elle est présidée par l’ambassadeur de Sierra Leone H. E. Lansana Gberie qui a choisi de mettre en priorité la régulation des transferts et la lutte contre le trafic des armes légères et de petits calibres (ALPC) ainsi que la prévention des risques de détournement des armes classiques dont les ALPC.

Cette conférence devra faire face à au moins trois défis majeurs :

  • La guerre au Yémen où les centaines de milliers de morts, les crimes de guerre et crimes contre l’humanité n’arrêtent pas la  France et la Grande Bretagne, membres permanents du Conseil de Sécurité des Nations Unies, de soutenir les pays de la coalition dirigée par l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis pourtant responsables de ces graves violations du droit international.
  • La guerre en Afghanistan avec l’entrée des Talibans à Kaboul, largement armés avec du matériel de guerre notamment étasunien[2]. 20 années de guerre, des centaines de milliers de morts directs et indirects, des crimes de guerre commis par toutes les parties au conflit[3], plus de 2 000 milliards de $ dépensés[4] et une population afghane exsangue dont les droits ont été continuellement bafoués.
  • Le renforcement d’Al Qaeda et Daesh au Yémen et en Afghanistan dont une des causes premières est le non-respect des articles 6§2et3, 7 et 11 du TCA par les États-Unis, la France et la Grande Bretagne qui soutiennent la coalition dirigée par l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis.

ASER[5] est devant le conseil d’État pour demander l’application direct des articles 6 et 11 du TCA afin d’obtenir la suspension des transferts d’armes du gouvernement français complice de ces graves violations du droit international.


[1]110 États parties et 130 États signataires : https://treaties.un.org/pages/ViewDetails.aspx?src=TREATY&mtdsg_no=XXVI-8&chapter=26&clang=_en

[2]https://www.reuters.com/business/aerospace-defense/planes-guns-night-vision-goggles-talibans-new-us-made-war-chest-2021-08-19/ ; https://www.cnn.com/2021/08/21/politics/us-weapons-arsenal-taliban-afghanistan/index.html

[3]https://www.npr.org/2021/04/25/989546260/i-remember-them-screaming-afghans-detail-alleged-killings-by-australian-military?t=1629906962723 ;

[4]Qui représenteront plus de 6 500 milliards de $ en 2050  https://apnews.com/article/middle-east-business-afghanistan-43d8f53b35e80ec18c130cd683e1a38f

[5]Avec l’Action des chrétiens pour l’abolition de la torture, Action contre la faim, Médecin du monde et Salam4Yemen

ASER est membre du Réseau d’Action International sur les Armes Légères (RAIAL). ASER est accréditée aux Nations Unies.