Et si Obama apprenait à Cuba comment protéger les citoyens étasuniens de la violence armée ?

17 03 2016
SONY DSC

Maison pour le séchage du tabac Vinales Cuba © Benoît Muracciole

Le voyage annoncé du Président des Etats Unis à Cuba semble avoir suscité des réactions pour le moins épidermiques de la part de nombreux journaux étasuniens[1]. Sans se poser le moins du monde la question du « bon droit », beaucoup pensent en effet que le Président Obama est la personne légitime pour aborder la question des droits de l’Homme auprès du gouvernement cubain.

Pourtant – et cela va bien au delà des problèmes endémiques de violations des les droits économiques sociaux et culturels, parties intégrantes des droits de l’Homme[2], auxquels les États Unis font face depuis des décennies – la question de la légitimité est ici primordiale. Ce ne sont donc pas les exhortations répétées en direction du Président Obama de « persuader » Raoul Castro d’engager le gouvernement cubain dans le respect de ces droits fondamentaux qui changera ce paradigme.

 

De ce point de vue, un rapide comparatif des praxis de ces deux pays est édifiant :

Oui la politique du gouvernement cubain à un volet répressif certain qui, selon le rapport annuel d’Amnesty International[3], arrête   et retient arbitrairement[4] (entre une et 30 heures) quelques 8 000 personnes chaque mois, en plus des cinq prisonniers d’opinion que le pays comptait à la fin de l’année 2014[5].

Mais que dire de la privation systématique de la vie privée aux États Unis révélée par Edward Snowden[6] et de la condamnation ainsi que des harcèlements de toutes sortes des centaines de lanceurs d’alerte comme Chelsea Manning (35 ans de prison), Jane Turner[7] ou John Kiriakou (30 mois de prison) pour les plus connus[8], ainsi que les détenus de Guantanamo[9] ?

Oui la politique du gouvernement cubain connaît de sérieux problèmes liés à la pauvreté et à l’accès au logement pour de nombreuses familles, particulièrement à La Havana[10].

Mais il n’y a rien de comparable à la violence des inégalités sociales aux États Unis qui comptait, dans une estimation de l’United States Census Bureau[11], plus 46,7 millions de personnes vivant sous le seuil de pauvreté en 2014 (14,8% de la population) et environ 1,56 millions de personnes vivant sans domicile en 2009[12].

Mais en essayant de reprendre, avec un souci d’honnêteté, quelques uns des droits fondamentaux, parties des différentes Conventions sur les droits de l’Homme[13], nous pourrions nous arrêter sur un des plus essentiels d’entre eux : le droit à la vie[14]. En effet, comme nous l’avions montré dans un billet précédent[15], la plus définitive des menaces que connaissent les citoyens étasuniens – citoyenneté qui comprend toutes les personnes vivant dans ce pays, y compris les sans papiers – est la privation de la vie par une personne usant d’une arme à feu. En effet, bien plus que les actes de terrorisme, le nombre de morts par armes à feu dans ce pays depuis le 11 septembre 2001 dépasse les quatre cent soixante dix mille (470 000) personnes[16]. Le nombre des personnes blessées physiquement ou psychologiquement, pour la même période, le distance largement puisqu’il s’élève à plus d’un million cinq cent soixante mille (1 560 000 000) personnes[17].

 

Il ne semble pas non plus que la solution proposée par la NRA, après le massacre de Sandy Hoock en décembre, de mettre un policier armé dans chaque école soit la solution[18]. Les tueries de fort Hood au Texas en 2009 et 2014[19], au Navy Yard a Washington DC en 2013[20] et de Chattanooga dans le Tennessee en juillet 2015[21] démontrent dramatiquement que la présence de professionnels armés ne peut toujours empêcher un individu d’en massacrer d’autres.

C’est sur ce point que la discussion pourrait porter entre les deux hommes. La violence des armes à feu à Cuba est à un niveau singulièrement bas, particulièrement celui concernant les homicides. Les chiffres – recueillis par GunPolicy.org[22] – sont édifiants. En 2013, le nombre d’homicides répertoriés sur l’ile est de 674 pour une population de 11 270 000 habitants (5,98 / 100 000 hb) ce qui est important, mais il tombe à 22 personnes tuées lorsqu’il s’agit d’un meurtre par arme à feu (0,20 / 100 000 habitants)[23], un des taux les plus bas de la planète[24].

Ce taux est de plus impressionnant encore lorsque l’on regarde celui des pays environnants :

 

  • Haïti le nombre d’homicides en 2014   est de 942[25] pour 10,8 millions d’habitants (8,77/ 100 000 habitants) ;
  • République Dominicaine le nombre d’homicides en 2013  est à 1 254 pour 10 millions d’habitants (12,54 / 100 000 habitants[26]) ;
  • Jamaïque en 2013 est de 884 morts pour 2,9 millions d’habitants (30,4 / 100 000 habitants ) ;
  • Kitts and Nevis le nombre d’homicides en 2011 est de 30[27] pour 54 000 habitants (55,53) ;
  • Bahamas le nombre d’homicides en 2013 est de 105[28] pour 320 000 habitants (32,81 / 100 000 habitants) ;
  • Honduras, le nombre d’homicides en 2013  est à 5 630[29] pour 10 millions d’habitants (56,30 / 100 000 habitants) ;
  • Guatemala le nombre d’homicides en 2013  est à 1 254 pour 10 millions d’habitants (12,54 / 100 000 habitants[30]) ;
  • Mexique le nombre d’homicides en 2014  est à 13 283 (1 642+ 11 541 +100[31]) pour 122,30 millions d’habitants (9,7 / 100 000 habitants) ;
  • San Salvador le nombre d’homicides en 2014  est à 2 976[32] pour 6,34 millions d’habitants (46,94 / 100 000 habitants) ;
  • Venezuela le nombre d’homicides en 2014  est entre 17 778 et 24 980[33] pour 30,41 millions d’habitants (entre 58,96 et 82,10 / 100 000 habitants) ;

 

Le choix par le gouvernement cubain, depuis 1960, de privilégier l’éducation avec un budget qui approche les 13% du PIB[34] – où quel que soit l’âge il est toujours possible de reprendre des études gratuites – pourrait inspirer le Président Obama. Les États Unis ne dépensent que 5,8% de son PIB dans l’éducation et les étudiants étasuniens totalisent plus de 1 200 milliards$ de dettes[35] (1 088 milliards€). Il me semble en effet raisonnable de penser que le succès de la lutte pour la diminution des actes de violence des armée vient aussi de l’éducation et qu’elle se conçoit dans le temps long.

 

Voilà donc un agenda tout tracé pour les deux chefs d’État. Peut être même que pendant leurs séances de travail, les deux Présidents pourront écouter des lectures d’auteurs[36] comme c’est toujours le cas pour les travailleuses et les travailleurs des fabriques de cigares[37].

 

Benoît Muracciole

[1] Avec plus ou moins de discernements selon les journaux : http://www.nytimes.com/2016/02/19/world/americas/obama-cuba-trip.html?_r=0 http://www.nationalreview.com/article/431692/obama-cuba-upcoming-trip , http://edition.cnn.com/2015/01/12/americas/cuba-prisoners-release/ , http://www.latimes.com/world/mexico-americas/la-fg-obama-cuba-visit-20160218-story.html , http://edition.cnn.com/2016/02/17/politics/obama-cuba-visit/ , http://www.usatoday.com/story/news/2016/02/17/obama-cuba-visit/80513264/ , http://insider.foxnews.com/2016/02/22/greta-van-susteren-calls-out-obama-planning-fun-trip-cuba-skipping-scalias-funeral ,

[2] Dont le droit à l’éducation pour tous, le droit à la santé pour tous, le droit à un logement pour tous…

[3] Rapport annuel AI 2014-2015 pages 158-159

[4] Il est dommageable que l’expression d’une opinion dissidente dans un lieu publique soit sujette au risque, substantiel, d’une arrestation voir d’un bref emprisonnement

[5] Plusieurs douzaines selon le rapport d’Human Rights Watch : https://www.hrw.org/world-report/2015/country-chapters/cuba#876dea

[6] https://armerdesarmer.wordpress.com/2013/06/27/les-droits-de-lhomme-et-internet-chine-etats-unis-russie-meme-combat/

[7] http://www.whistleblowersblog.org/2015/09/articles/news/fbi-whistleblower-featured-in-timberjay-news/ , https://en.wikipedia.org/wiki/Jane_Turner_(FBI_whistleblower)

[8] http://www.whistleblowersblog.org/articles/government-whistleblowers/

[9] https://www.amnesty.ch/fr/sur-amnesty/publications/magazine-amnesty/2015-1/etats-unis-guantanamo-sous-la-loupe

[10] Espina Prieto (2008) et Mesa-Lago (2006) estiment que l’incapacité́ à satisfaire ses besoins de base touche environ 20% de la population cubaine entre 1999 et 2002. Mais la santé est gratuite et « l’amélioration des conditions sanitaires a en effet rallongé l’espérance de vie de vingt ans en deux générations : de 59 ans en 1953 à 78 ans en 2012… ». « …Elles (les autorités) n’ont pas versé aux familles de revenu supplémentaire, elles ont aménagé les conditions d’emploi des femmes enceintes et accordé des congés maternité généreux, soulagé les femmes ayant des grossesses difficiles des obligations familiales en leur proposant une institutionnalisation (hogar materno), systématisé l’éducation sexuelle et prévu une priorité d’accès à l’emploi pour les mères célibataires, garanti un large accès en crèche et universalisé la pré-scolarisation. Elles sont aussi accordé aux enfants nés hors mariage légal les mêmes droits qu’aux autres… »

Quelle « Bonne famille » ? assistance et solidarités familiales à Cuba Blandine Destremau

http://www.scielo.br/pdf/cp/v44n152/fr_04.pdf

[11] http://www.census.gov/hhes/www/poverty/data/incpovhlth/2014/highlights.html

[12] Executive summary ; page iii : https://www.huduser.gov/Publications/pdf/2009_homeless_508.pdf

[13] Notons qu’à ce jour Cuba n’avait toujours pas ratifié la Convention sur les droits civils et politiques ainsi que le Protocole des droits sociaux économiques et culturels.

[14] Article 3

Tout individu a droit à la vie, à la liberté et à la sûreté de sa personne.

[15] https://armerdesarmer.wordpress.com/2014/07/12/al-qaida-vs-la-national-rifle-association-nra-combien-de-morts/

[16] Ibid. Chiffre remis à jour au 23 février 2016

[17] http://www.bradycampaign.org/key-gun-violence-statistics , chiffres sans doute en dessous du réel car certaines victimes ne portent pas plainte.

[18] https://www.washingtonpost.com/politics/remarks-from-the-nra-press-conference-on-sandy-hook-school-shooting-delivered-on-dec-21-2012-transcript/2012/12/21/bd1841fe-4b88-11e2-a6a6-aabac85e8036_story.html

[19] http://edition.cnn.com/2014/04/02/us/fort-hood-shooting/

[20] http://www.usatoday.com/story/news/2015/07/02/what-happened-in-2013-navy-yard-shooting/29614339/

[21] http://www.nbcwashington.com/news/local/A-History-of-Shootings-at-Military-Installations-in-the-US-223933651.html

[22] Centre de recherche qui est accueilli par l’université de Sydney http://www.gunpolicy.org/about

[23] http://www.gunpolicy.org/firearms/region/cuba

[24] Il est vrai que la loi cubaine est extrêmement restrictive quant à la possession d’armes par les civils. Décret-loi No. 262 de décembre 2008 : http://www.poa-iss.org/CASACountryProfile/PoANationalReports/2010@51@2010-National-Report-Cuba-REV.pdf . Mais il serait insuffisant de considérer cette loi comme l’unique cause de cette absence de violence armée, ou plutôt de ce sentiment de sécurité que l’on rencontre lorsque que l’on traverse l’ile de part en part.

[25] http://nofi.fr/2015/03/3-haitiens-meurent-chaque-jour-de-coups-de-feu/14512

[26] www.gunpolicy.org/firearms/region/dominican-republic

[27] http://www.gunpolicy.org/firearms/region/st-kitts-and-nevis

[28] http://www.gunpolicy.org/firearms/region/bahamas

[29] www.gunpolicy.org/firearms/region/dominican-republic

[30] www.gunpolicy.org/firearms/region/dominican-republic

[31] les 11 641 (lignes x94 et X95) représentent environ 60% des crimes par armes à feu, j’applique donc ce pourcentage à la ligne Y09) : http://www.inegi.org.mx/saladeprensa/boletines/2015/especiales/especiales2015_07_4.pdf

[32] http://www.laprensagrafica.com/2014/12/30/el-77-de-homicidios-fueron-cometidos-con-armas-de-fuego-en-2014

[33] Chiffres donc indicatifs et qui ne distingues pas les homicides par armes à feu des autres : http://informe21.com/actualidad/venezuela-cuadruplica-tasa-de-homicidios-de-otros-paises-en-america-latina

[34] http://hdr.undp.org/en/content/expenditure-education-public-gdp

[35] http://www.lemonde.fr/campus/article/2015/08/25/la-crise-de-la-dette-etudiante-nouvel-enjeu-de-la-presidentielle-americaine_4736186_4401467.html

[36] Chaque jour ils votent les textes qui leurs seront lus pendant toutes leurs heures de travail.

[37] Qui pourraient comme, les ouvriers étasuniens aussi, avoir de meilleurs salaires. Un travailleur touche 300 pesos cubanos par mois plus environ 7 pesos cubanos / jour (pour un peu plus d’une centaine de cigares fait main. 25 pesos cubano = 1$).

Publicités

Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :