Décembre 2013, un nouveau sommet France Afrique à l’Élysée ?

5 12 2013
Salle de l'Assemblée Générale de l'ONU. Photo Benoît Muracciole

Salle de l’Assemblée Générale de l’ONU. Photo Benoît Muracciole

Les pages des décennies de la « Françafrique », pendant lesquelles le génocide du Rwanda représente la tragédie la plus ineffaçable, se tournent bien difficilement. Pendant toutes ces années la France avait soutenu des régimes autoritaires notamment en leur livrant des armes et en formant leurs armées ou leurs gardes présidentielles. Les gouvernements de droite et de gauche ont fermé les yeux sur les graves violations des droits de l’Homme, les crimes de guerre et les crimes contre l’humanité des dictateurs en arguant que la stabilité du continent primait. En contrepartie elle bénéficiait, comme de nombreux pays occidentaux, du pillage des ressources naturelles[1] et de grands contrats passés au bénéfice de ses entreprises[2].

L’implosion de ce système, dans le début des années 2000, aurait dû obliger un repositionnement de la réflexion de la France dans sa relation, non plus avec le continent, mais avec chaque pays du continent africain. La nouvelle génération qui arrivait au pouvoir en France laissait espérer une relation plus équilibrée avec les pays de ce continent. Malheureusement le multilatéralisme de Lionel Jospin premier ministre, a fait long feu et le raté historique de la Présidence de Nicolas Sarkozy – avec notamment le discours de Dakar, le soutien à Dos Santos en Angola[3], l’intervention militaire en Côte d’Ivoire[4] et, comme point d’orgue, celle en Libye avec  l’affaire Mouammar Kadhafi[5] – nous a montré que si les générations changeaient, ce n’était pas encore le cas de la politique.

Le titre de la rencontre « le Sommet de l’Elysée pour la Paix et la Sécurité en Afrique » tente visiblement d’éviter toute accusation de la construction d’une nouvelle « Françafrique ». Ce sommet promet un habile passage de l’habituel concept de stabilité, qui avait signifié ce soutien inconditionnel aux vieux et jeunes potentats[6], à un concept de sécurité.

Mais qu’est ce que la sécurité ?

Est ce l’assurance que les pays africains de la méditerranée  vont s’engager à bloquer efficacement toute tentative d’immigration vers l’Europe en général, et vers la France en particulier ?

Que les États, qui bénéficient des transferts d’armes et de la formation de la France pour sa police et son armée, ne soient pas inquiétés quand ils les utilisent dans de graves violations des droits de la personne ?

Que la justice des personnes s’arrête aux frontières de celles des chefs États ?

Que les prix des matières premières africaines vont, irraisonnablement, ne pas augmenter ?

Que les pays africains vont assurer de nouveaux contrats aux entreprises françaises ?

Où, rêvons un peu, est-ce au contraire pour que tous les pays présents, dont la France, développent enfin une politique en accord avec la déclaration universelle des droits de l’Homme :

A commencer par la République Démocratique du Congo de Kabila et l’article 3 où : « Tout individu a droit à la vie, à la liberté et à la sûreté de sa personne[7]. »

Le Tchad d’Idriss Deby et l’article 5 « Nul ne sera soumis à la torture, ni à des peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants[8]. »

La Guinée équatoriale de Teodoro Obiang Nguema Mbasogo avec l’article 6 « Chacun a le droit à la reconnaissance en tous lieux de sa personnalité juridique[9]. »

Et la République du Congo de Sassou Nguesso avec l’article 9 où : « Nul ne peut être arbitrairement arrêté, détenu ou exilé[10]. »

La France de François Hollande avec l’article 13 où : « Toute personne a le droit de circuler librement et de choisir sa résidence à l’intérieur d’un Etat. Toute personne a le droit de quitter tout pays, y compris le sien, et de revenir dans son pays[11]. »

L’Algérie d’Abdelaziz Bouteflika avec l’article 20 «Tout individu a droit à la liberté d’opinion et d’expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d’expression que ce soit[12]. »

Et enfin pour tous les États présents avec l’article 23 « Toute personne a droit au travail, au libre choix de son travail, à des conditions équitables satisfaisantes de travail et à la protection contre le chômage. Tous ont droit, sans aucune discrimination, à un salaire égal pour un travail égal. Quiconque travaille a droit à une rémunération équitable et satisfaisante lui assurant ainsi qu’à sa famille une existence conforme à la dignité humaine et complétée, s’il y a lieu, par tout autre moyen de protection sociale. Toute personne a le droit de fonder avec d’autres des syndicats et de s’affilier à des syndicats pour la défense de ses intérêts.

Alors oui si c’est de cette sécurité qu’il va s’agir pendant ces deux jours à l’Élysée, nous en excuserons la forme et en attendrons patiemment les effets à l’intérieur de cette immense et même frontière que représente l’Afrique et la France.

Benoît Muracciole


[1] Qui alimentait aussi une corruption de ces chefs d’États africains : Bois, Coltan, Diamants, Pétrole, Uranium…

[2] Notamment : Areva, Becob, Bouygues, Bolloré, Rougier, Compagnie Française de l’Afrique Occidentale, Total, Vinci, Veolia…

[3] Pays où ont encore lieu de graves violations des droits de la personne. Voir notamment Angola. Les cinq ans de paix n’ont pas bénéficiés ceux qui vivent dans des abris de fortune 2007 : http://www.amnesty.org/fr/library/info/AFR12/003/2007/fr Angola. Des prisonniers auraient été soumis à d’effroyables violences, d’après une vidéo choquante mai 2013 : http://www.amnesty.org/fr/for-media/press-releases/angola-shocking-footage-appears-show-appalling-abuse-prisoners-2013-08-28 et le classement de Transparency International où le pays est classé à la  153ème place des pays les plus corrompu sur 177.

[6] Avec notamment ces grands démocrates : Felix Houphouët-Boigny, Bongo père et fils, Eyadema père et fils, Ben Ali,  Mobutu puis Kabila père et fils, Paul Biya, Juvénal Habyarimana, Hosni Moubarak, Denis Sassou Nguesso, Hissène Habré puis Idriss Deby, Jean-Bedel Bokassa…

[7] Le conflit dans ce pays a fait plus de 5 millions de morts avec des crimes de guerre et crimes contre l’humanité : https://armerdesarmer.wordpress.com/2013/07/30/la-republique-democratique-du-congo-un-echec-continue-de-la-justice-internationale/

[9] Rapport Amnesty International 2013 page 125

[10] Rapport Amnesty International 2013 page 72

[11] À quand la fin des expulsions forcées des Roms en France ? http://www.amnesty.org/fr/news/france-record-number-forced-evictions-2013-09-25

[12] Rapport Amnesty International 2013 page 10.


Actions

Information

One response

6 12 2013
Minoungou Roger

Brravo tout simplement! Oui! Nous revons de l’avènement d’un monde et d’une Afrique en particulier débarrassés de la peur, de la guerre, de la faim, de l’injustice et de la terreur. Cela ne sera nul doute possible que lorsqu’une vraie et authentique nouvelle génération d’hommes et de femmes, en l’occurrence de dirigeants va avoir a coeur de moraliser la chose publique, en mettant l’homme et la recherche de sa dignité au centre des préoccupations et des politiques. Non pas des intérêts égoïstes, claniques; aux visées hégémoniques pour assouvir les basses besognes de règne ad vitam (au péril de la vie du peuple, advienne que pourra et avec la bénédiction déjà calculée des rapaces), ou d’asservissement sophistiqué des peuples de la part de messies-vampires (France, Russie, Chine, Inde, Etats-Unis…); des messagers de lugubres augures. Mais plutôt des actions fortes et courageuses en faveur des populations aux mains nues (qui meurent par le fait des armes, des guerres, de la torture), aux ventres creux (halte au pillage des biens et des ressources naturelles; oui a la redistribution équitable des richesses) et fuyant, a la recherche inlassable d’un bonheur introuvable (oh! Que de drames de migrations en interne et surtout en externe?).
Le mal de mon continent Afrique, c’est d’être vendu par des fils ehontes et véreux a des gens tout aussi cupides que dépourvus de leçons de morale a donner tout le temps aux autres. Mais encore hélas! L’Afrique a vraiment mal a ses richesses et a ses hommes, femmes et enfants. « Sommet de l’Elysee pour la paix et la sécurité en Afrique » dit-on? Belle initiative. J’en conviens avec eux (les initiateurs et les éventuels invités connus d’avance) que le monde et malheureusement l’Afrique est le théâtre de pas de problèmes complexes (AQMI, Boko Haram et djihadistes -malheureusement aussi des africains-sévissent!): Conflits inter communautaires, inter religieux, ethniques provoquant des catastrophes humanitaires et des droits humains). Mais j’ai peur que ce sommet ne soit celui du couronnement de la perte et de l’insécurité pour nous. Ce sera évident, tant que les armes continueront d’être livrées a des pays, a des individus ou groupes d’individus qui n’ont aucun égard pour autrui, encore moins de sa vie et de sa dignité. Cela risque fort d’être malheureusement le cas, tant que de ces salons feutrés le sort de l’Afrique venait a être unilatéralement scellé (au détour de vins capiteux) pas seulement pour régler les questions d’insécurité mais aussi et surtout pour régler les questions de partage et d’exploitation des ressources naturelles de l’Afrique: je le rappelle car je sais qu’ils le savent mieux que moi: Aucune solution durable et définitive sans la perspective et la participation effective des bénéficiaires – des détenteurs de droits!
Le salut de l’Afrique ne viendra pas seulement de la France (ironie: un pays pour régler les problèmes d’un continent entier), mais aussi des autres pays et entreprises puissants ou petits (y compris africains) tout autant coupables que complices des malheurs de l’Afrique; et surtout des Africains eux-mêmes! Il est grand temps que les africains s’organisent -individuellement mais surtout collectivement- pour contrer les velléités de la pensée unique, ceux qui croient être au dessus des lois au niveau africain, les prédateurs déguisés en loups aux fourrures d’agneaux, les pyromanes subitement reconvertis en faiseurs de paix, pour que l’Homme devienne et demeure au centre de toutes les décisions et mesures devant concourir au meilleur devenir de l’Afrique. Il n’existe pas de solution miracle: les OSC (les vraies) et les individus doivent jouer a fond leur rôle de veille, de contre-poids et de métronome en matière de respect de tous les droits fondamentaux de la personne si nous voulons parvenir a ce monde (ou Afrique) apocalyptique tant recherché par la DUDH « Libérer le monde de la terreur et de la misère »

Je m’encline en ce moment précis devant la mémoire de ce brave et vaillant Africain et Homme universel qui vient de tirer sa révérence. Il a été et restera a jamais une icône des droits humains, de la paix, du respect de la dignité humaine tout court.
C’est de ces Fils dont l’Afrique et le monde entier ont besoin! Madiba, tes actions et ton exemple de vie ne seront pas vains. Ils seront une lanterne pour guider tous ceux qui veulent et recherchent la paix, la justice et la liberté sur le chemin de leur quête!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :