Des interventions significatives des pays du contient africain pour un traité sur le commerce des armes fort et efficace.

11 07 2012

Georges Guillermou Président d’ASER intervenant sur la nécessité d’inclure le matériel de maintien de l’ordre. Table ronde présidé par Seydi Gassama directeur d’Amnesty International. Photo Benoît Muracciole

Depuis le lundi 9 juillet, c’est un signal fort qui est envoyé par l’immense majorité des Etats d’Afrique. Du Bénin au Burkina Faso et la Cote d’Ivoire, du Gabon, au Kenya, au Sénégal au Libéria, au Niger et au Nigeria, de la République du Congo, de Sao Tome à la Tanzanie et au Togo[1]. Tous ces Etats sont montés au créneau pour défendre les conventions africaines ainsi que la Position Commune[2] qui posent les critères des droits de l’Homme et du droit international humanitaire au cœur du futur traité. Tous ces Etats ont réaffirmé leur engagement ferme pour l’inclusion des armes légères et de petits calibres et des munitions dans la liste des armes à contrôler. Un traité sur le commerce des armes sans ces armes qui quotidiennement sont utilisées, ou facilitent, les graves violations du droit international existant est inconcevable et reviendrait à reconnaître l’échec de ce processus qui a ouvert un espoir extraordinaire pour les peuples d’Afrique.

Nous l’avons déjà écris ici, ce traité sur le commerce des armes est un immense défi pour le continent africain. D’abord à cause de l’impact dévastateur  dû à l’absence de normes communes acceptées internationalement pour beaucoup de ses Etats membres. Mais aussi parce que c’est précisément ce continent qui a la légitimité pour convaincre certains Etats comme les Etats Unis – sur les munitions et l’obligation du respect du droit international existant – la Chine et la Russie – sur l’inclusion des critères droits de l’Homme et droit international humanitaire dans leur obligation dévaluation du risque substantiel d’usage de ces armes classiques dont les armes légères et de petits calibres et leurs munitions. Enfin, de voir leurs responsables politiques engager l’immense majorité des Etats membres de  l’ONU dans un traité fort et efficace marquera à jamais les jeunes générations africaines. Car ce traité sera sans aucun doute une nouvelle  accélération dans la redistribution des  relations internationales observées depuis plus de 10 années. Pour paraphraser WC Field, ce n’est pas le bateau qui coule c’est l’eau qui monte et le futur traité sera le signe de cette montée en puissance de la majorité des pays africains dans un meilleur équilibre des relations internationales.

Car tous les jours les faits rapportés du terrain vont dans le sens de l’urgente nécessité du traité. C’est encore malheureusement le cas de la République démocratique du Congo ou un récent rapport de l’ONU, après celui d’Amnesty International, a montré que le mouvement du M23, responsable de graves violations des droits de l’Homme, est alimenté en armes et en militaire par le Rwanda[3].

La bonne nouvelle concerne également ce pays car la cour pénale internationale hier mardi 10 juillet a condamné à 14 ans de prison Thomas Lumbanga Dylo pour « des crimes de guerre consistant à avoir procédé à la conscription et à l’enrôlement d’enfants de moins de 15 ans et à les avoir fait participer activement à des hostilités du 1er septembre 2002 au 13 août 2003 en Ituri[4] »

Je me souviens que lors d’une de mes missions avec Amnesty International, sous la responsabilité de Marcel Akpovo, nous avions rencontré les inspecteurs de la CPI auprès desquels nous avions échangé un certain nombre de points. C’était en mai 2004, preuve en est qu’il s’agit ici de garder de la constance dans ce travail de dénonciation des droits de l’Homme. Peut être même que ceux qui ne comprenaient le rapport avec les transferts d’armes irresponsables pourront enfin  faire ce lien qui, pour les enfants enrôler de force, constitue encore une terrible réalité.

Benoît Muracciole


[1] En plus des déclarations précédentes de l’Afrique du Sud, du Maroc, de la Namibie, de la Sierra Leone, du Soudan du sud…

[2] Ainsi que la Position Africaine Commune sur un traité sur le commerce des armes voir : http://unrec.org/docs/ATT/positions/AU_fr.pdf

Publicités

Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :