Moins de 60 heures de négociation avant la conférence de 2012 !

1 03 2011

Photo Benoît Muracciole

Lundi 28 février 2011, le compte à rebours, qui doit donner le jour au Traité internationale sur le commerce des armes (TCA), a commencé. Pourtant la première journée de l’avant dernière Prepcom sur le (TCA) fut une journée au diésel, pas très rapide et un peu polluante.

Cette mise en bouche pour les États, concernait la liste des armes ainsi que les activités liés aux transferts.

Les sceptiques ont renouvelé leur fervent engagement pour un TCA qui ne sert à rien. Ils nous ont servis un programme définitivement enthousiasmant où ils ont surtout insisté sur l’importance de limiter la liste des armes à intégrer.

Les armes légères et de petits calibres ? Les munitions ? Les automitrailleuses ?

Rien de tout cela ! Car cela ne concerne pas les millions de personnes qui vivent quotidiennement la violence directe et indirecte des armes…
Comme Diafoirus, qui s’attaquait au poumon quand la tête était malade, les pays « pas très positifs » souhaiteraient ressortir les Tractions Avant de 1934 pour montrer qu’ils veulent encore contrôler quelque chose.

L’Égypte et la Ligue Arabe, dont on peut facilement imaginer la crédibilité du moment, se raidissent encore ! Ils ne veulent rien des armes que leurs polices ont utilisé contre les manifestants de la liberté.

Le Pakistan, l’Inde, se demandent si tout cela est raisonnable alors que chaque jour des irruptions de violences emportent leurs propres citoyens dans un désespoir grandissant.

La Chine a oublié Confucius – le livre 15 section 3 « …ce que tu ne voudrait pas que l’on te fasse ne le fait pas aux autres … » – et prétend que les droits humains sont un peu compliqués. La Russie confond la littérature, il est vrai exceptionnelle, et le contrôle des armes ; Tolstoï réveille toi, ils sont devenus fous !

Et pour finir les États Unis, qui s’attribuent l’Oscars du plus mauvais scénario, en essayant de nous faire croire que l’absence de contrôle des munitions n’affectera en rien les graves violations des droits humains.

Et puis les surprises de la part « des pays amis » du TCA.

De la Norvège[1] « qui s’inquiète de l’évaluation du risque substantiel de l’usage des armes au cas par cas… ».

De l’Union Européenne, qui s’oppose au contrôle du financement des transferts, quand l’on sait tous les scandales liés à la corruption et qui concernent cette région[2]

Les réponses données par la Communauté des États Caribéens, le Costa Rica, la France, le Ghana, la Nouvelle Zélande, le Mexique, le Royaume Uni, la Tanzanie, l’Uruguay… prend forme mais ce n’est pas encore le souffle que l’Histoire attend d’eux.

Encore une fois s’il n’y avait une souffrance terrible de millions d’individus qui ne demandent qu’à vivre en paix, de voir leurs droits, devant la Charte des Nations unies, respectés. De la Cote d’Ivoire en Somalie, de la Libye au Yémen en passant par Bahreïn et la Birmanie… Mesdames et Messieurs les délégués vous n’entendez donc pas les cris que le vent porte ?


[1] Pour un pays que l’on confond parfois avec une ONG.

[2] Armes de corruption massive : secrets et combines des marchands de canons de Jean Guisnel. Ed La Découverte

Publicités

Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :