Et si, à l’avenir, Wikilileaks pouvait aider à prévenir des transferts d’armes irresponsables ?

13 12 2010

Chronologie génocide du Rwanda source Ministère des Affaires Étrangères MIP 1998

La question qui se pose aujourd’hui, après la mise en ligne d’environ 250 000 télégrammes diplomatiques par Wikilileaks, est : A quoi cela sert-il ?

Un des premiers arguments « contre » l’action de Wikilileaks avancés par certains, souvent engagés ou qui ont été engagés dans la diplomatie, est celui du fantasme qu’aurait une partie de la population qui voudrait une transparence absolue ou que « la transparence serait un bien en soi sans limites ni règles ». Et que la transparence défendue par Wikileaks est une «  transparence absolue qui est un principe totalitaire ».

Si l’on peut convenir aisément de l’argument selon lequel la transparence absolue est  un principe totalitaire, celui ci apparaît un peu spécieux à propos de Wikilileaks parce qu’il  est général et… « absolu ». En effet, à aucun moment Wikilileaks ne dit que les documents produits étaient l’absolue transparence de ce qui s’écrivait et se pensait de la part de la diplomatie des États Unis en direction du reste du monde. L’accusation de « totalitarisme masqué » est par ailleurs démasqué par ces mêmes accusateurs qui annoncent qu’il n’y a pas d’information qu’ils ne connaissent déjà.

Le deuxième argument lui défend le respect de la propriété, « on ne publie pas ce qui est le résultat d’un vol !». Principe qui demanderait à être précisé quant au concept de propriété, mais qui se tient sur le plan du droit et de la morale. Cet argument tient d’autant mieux que la population mondiale sait d’ailleurs que tous les gouvernements appliquent ce principe et refusent systématiquement d’utiliser des informations qui sont le résultat  d’un vol !

Mais au-delà de cette petite lutte rhétorique et sémantique, il faut revenir à la première question posée : En quoi ces informations, livrées en vrac, peuvent-elles changer le cours des choses en matière de transferts d’armes  et de droit de l’homme ?

Par exemple, les fuites dans la presse de télégrammes diplomatiques de l’ambassadeur français en poste à Kigali, dès 1990, auraient elles pu prévenir les dramatiques erreurs commises par les personnes engagées au plus haut niveau de l’État français, dont Hubert Védrine[1], qui ont autorisé la livraison d’armes au régime de Juvenal Habyarimana de 1990 à  1993 ?[2]

Car les télégrammes diplomatiques de l’ambassadeur de France en poste à Kigali[3], avaient rapporté les massacres de Tutsi à Kibilira, en 1990, puis de Bugesera en mars 1992, notamment à l’instigation des milices progouvernementales Interahamwes. Ils avaient donné suffisamment d’éléments afin d’évaluer les risques substantiels de mauvais usage des armes, pour refuser ces exportations[4], ce que l’Élysée n’avait pas su voir.

Voilà pourquoi une partie de la société civile, mobilisée sur cette question des transferts d’armes, demande plus de transparence, et cela c’est ce que Wikileaks permet. Avoir les moyens de pouvoir réagir, alerter les autorités quand il y a un risque substantiel que les armes puissent être utilisées à de graves violations des droits humains et du droit international humanitaire.

Pour répondre à la vision Léniniste, qui considère que l’élite est seule compétente à l’exercice du pouvoir, l’histoire proche, nous montre que la diplomatie est suffisamment sérieuse pour ne pas être confiée aux seuls diplomates.[5]

Benoît Muracciole


[1] Porte parole de l’Élysée entre mai 1998 et septembre 1991, puis secrétaire général de la Présidence de la République jusqu’en 1995.

[2] Rapport CDRPC Agir ici, Amnesty International France : Armes légères, de la production à l’exportation,le poids de la France 1999.

[3] Georges Martres de 1989 à 1993 puis Jean-Michel Marlaud de mai 1993 à avril 1994.

[4] voir notamment les auditions de Georges Martres et Jean-Michel Marlaud par la Mission d’enquête Parlementaire en 1998

[5] « La guerre est une chose trop sérieuse pour la confier à des militaires » Georges Clemenceau


Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :